D

Chorégraphe/ Danseuse . Née à Florence (Italie)

De formation classique,  c’est entre l’Italie, New-York, la France et la Belgique, qu’Erika Zueneli a développé son travail de chorégraphe auprès notamment de figures majeures comme A. Nikolais, M. Cunningham, J. Nadj ou encore S. Sempere, et particulièrement en Belgique avec la compagnie Mossoux-Bonté dont les collaborations sont nombreuses depuis 1996.

Elle crée sa propre compagnie « L’Yeuse » en 2000, à Paris, avec Olivier Renouf avec qui elle développe une collaboration importante. Très active sur la scène belge, elle fonder en 2008 sa structure à Bruxelles renommée en mars 2013 en Tant'amati/Asbl.

À son actif, quelques dix créations qui portent l’empreinte de la confrontation des langages artistiques et d’une recherche axée sur l’intimité, le trivial et le quotidien. À travers ses créations, elle poursuit avec délicatesse un travail d'observation de la façon dont l'être humain noue ou dénoue ses relations à l'autre, s'y perd ou s'y retrouve. L’humour et la dérision font partie intégrante d’une approche qui se veut à la fois sensible et corrosive.

PARCOURS CHORÉGRAPHIQUE

Depuis la création de sa compagnie L’Yeuse (re-nommée, depuis 2013, Tant’amati), le travail chorégraphique d’Erika Zueneli développe, avec une attention pour le détail, des univers sensibles où s’affirment une interrogation sur l’identité, le rapport à soi et la relation à l’autre. Même quand ici l’art plastique prend plus d’ampleur, quand là se met en scène une certaine « théâtralité », même quand le point de départ est un texte, l’univers d’un peintre, une dynamique de mouvement ou une telle œuvre musicale, ses créations restent des pièces chorégraphiques où le regard se tourne vers l’être humain, vu comme entité minuscule et si importante, animal bizarre et touchant, à la fois doux et guerrier, drôle et pathétique.
En 1998, suite à une commande du Festival International des Brigittines, elle entame une recherche personnelle avec un solo, Frêles espérances, et un enjeu d’écriture : comment faire un solo sans parler de soi ? De cette question, a émergé le désir de plonger dans l’univers d’autres, et de transposer sa propre personnalité sans l’effacer pour autant.
Cette première courte forme a été le jalon d’une recherche qui s’est développée par la suite dans différentes approches : un travail sur le décalage entre réalité et fiction, le rapport au temps, aux dynamiques du corps et les signes qu’il propose, le rapport aussi à une abstraction concrète où l’intime se confronte avec le donner à voir.
Elle confronte ce langage naissant à un auteur, Bohumil Hrabal, pour le duo Les cieux ne sont pas... (2002) et à un peintre, Edward Hopper, avec le solo Noon (2000) qui donne lieu ensuite à une pièce de groupe, High Noon (2003) dont une séquence mène à Sarà Sara (2004), un duo sur le sentiment d’appartenance, tentative d’effacement de soi et de son ego, qui lui-même motive ensuite la pièce de groupe Partita-s (2005/06) avec huit interprètes.
Avec le solo Daybreak (2007), Erika Zueneli revient à un travail d’introspection, de questionnement sur la personne dans un langage plus intime. La même année, le sextuor Time out, ouvre un contraste au solo par une tentative faisant volontiers incursion dans le monde du burlesque.
Toujours intrigué par l’homme, sa nature intime et sociale, son travail évolue ensuite en creusant une forme de théâtralité abstraite : avec les duos In-contro et Incontri (2009), elle travaille autour de la dialectique du conflit ; ces formats courts aboutissent à la création Tournois (2010/11) pour sept interprètes.
Passionée par Bach, Erika Zueneli crée en 2011-2012, avec le pianiste-compositeur Denis Chouillet, Varieazioni, un duo autour des Variations Goldberg, dans lequel le pianiste joue deux pianos en même temps.
En 2013, elle présente dans le cadre de la « Compil d’Avril » de Charleroi Danses, (OR)2, un projet sur l’énigme identitaire, réalisé en collaboration Olivier Renouf. En parallèle, elle crée Tant’amati avec Sébastien Jacobs, duo sur l’absurdité des rapports amoureux, couronné du Prix de la Critique, Meilleur spectacle de danse 2014. S’en est suivi Vai e passa (2015-2016), une pièce pour cinq interprètes qui reprend un processus d’écriture similaire au précédent duo, mais le place dans un contexte plus abstrait, tout en faisant écho au roman Les Vagues de Virginia Wolf.
En avril de la même année, Erika Zueneli et Jean Fürst présentaient une courte forme lors de La Grande Invasion, bouquet final aux Halles de Schaerbeek de la saison anniversaire des 25 ans de L’L... Le tandem jetait là les prémisses d’un nouveau projet, qui s’intitule à présent ALLEIN!  et auquel s’est adjoint depuis Rodolphe Coster.

Créations : Noon (2000), Les cieux ne sont pas... (2002), High noon (2003), Sarà Sara (2004), Partita-s (2005), Daybreak (2007), Time out (2007), In-contro/ Incontri (2009/10), Tournois (2010), Varieazioni (2011), OR(2) (2013), Tant'amati (2013/14), Vai e passa (2016).

La création TANT’AMATI a eu le  Prix de la Critique Théâtre et Danse 2013-2014 pour le Meilleur spectacle de danse.

It was while living and working between Italy, New York, France and Belgium that Erika Zueneli developed her work as a choreographer, with such notable figures as A. Nikolais, M. Cunningham, J. Nadj, S. Sempere and others. Specifically in Belgium, she has worked with the Mossoux-Compassion company, collaborating on numerous projects since 1996.

She created her own company “L’Yeuse” in 2000 in Paris with Olivier Renouf, with whom she established a significant working relationship. Very active on the Belgian scene, she decided to found her own company in 2008 in Brussels, rechristened Tant’amati/ASBL (non-profit organization) in 2013.

She has some 10 creations to her name, each bearing the imprint of a melting pot of artistic expression and research based on intimacy, the trivial, and daily life. In her creations, she has pursued her delicate observations on how human beings make and release their bonds to others, how they lose themselves or how they find their way forward.

Humor and derision play an integral part of an approach that is at once sensitive and corrosive. Creations : Noon (2000), Les cieux ne sont pas... (2002), High noon (2003), Sarà Sara (2004), Partita-s (2005), Daybreak (2007), Time out (2007), In-contro/ Incontri (2009/10), Tournois (2010), Varieazioni (2011), OR2 (2013), Tant’amati (2013/14).

The next projet Via e passa it will be in january 2016

TANT’AMATI received a critic price of the Prix de la Critique Théâtre et Danse for the best dance’s swow 2014.

At present she is creating a new project Vai e passa for January 2016.